Budget bruxellois voté aujourd‘hui : seule ambition, l’équilibre !

Le ministre du Budget a fait peur à tout le monde en annonçant il y a quelques mois 300 millions d’économie pour Bruxelles. Au même moment, le Bureau du plan prévoyait, lui… un boni ! Le refinancement de la Région bruxelloise, obtenu dans le cadre de la 6e réforme de l’Etat, fait incontestablement du bien aux finances régionales. Mais, le ministre du budget Guy Vanhengel utilise la technique de la sous-estimation des recettes pour brider toutes les initiatives nouvelles (1), dans une Région où les défis et besoins sont pourtant énormes ! Dans le même temps, il s’octroie 10% d’augmentation pour son propre département ! Père fouettard n’est jamais aussi bien servi que par lui-même… Quoi qu’il en soit, l’équilibre budgétaire est donc atteint. La réflexion sur plus de justice fiscale est mise sous le tapis, reportée à plus tard.

parlbruUne politique a été amputée violemment : le budget « Energie, air, climat et bâtiment durable » passe de 23 à 10 millions d’euros. Une décision incompréhensible. Nombre d’associations environnementales voient leurs budgets diminués de 10%. La politique volontariste menée ces 10 dernières années a pourtant permis de réduire de 25% la consommation d’énergie et le développement d’une alliance emploi-environnement qui a eu des résultats notables en termes de formation, développement d’expertise et création d’emplois.

En matière de logement et d’emplois, les efforts seront poursuivis.

Le refinancement de Bruxelles, d’après le ministre du Budget sera entièrement absorbé par les rénovations et constructions des tunnels routiers et métros, plus de 500 millions par projet. Si, l’entretien du réseau routier souterrain existant, le développement du métro là où aucune alternative n’existe, se justifient, nous ne pouvons nous résoudre à accepter ce retour au béton et la primauté donnée à la voiture (on pense par exemple à l’élargissement du ring, projet au sujet duquel le gouvernement bruxellois a capitulé).

Le refinancement de Bruxelles a été obtenu pour lutter contre la dualisation croissante et améliorer la qualité de vie des bruxellois. Les choix budgétaires posés par ce gouvernement révèlent un manque d’intérêt pour la qualité de vie des habitants et pour les investissements sociaux indispensables. Le budget de la commission communautaire commune n’a pas reçu un euro du refinancement. Les politiques familiales (y compris les allocations), aux sans-abris, de santé (de la prévention aux soins), d’aide aux ainés sont les grandes oubliées : il n’y a aucune ambition budgétaire, ni aucune ambition politique.

Au final, à part l’équilibre budgétaire, pas de nouvel élan pour Bruxelles. Couler du béton, creuser des trous,… Bruxelles mérite un vrai projet, pour et par ses habitants.

Zoé Genot, cheffe de groupe Parlement bruxellois
Alain Maron, chef de groupe Cocom / Cocof

(1) A quatre reprises au cours des cinq dernières années, les recettes fiscales ont notoirement été sous-estimées : de 10 % en 2010 (92 millions €), de 8 % en 2011 (81 millions €), de 13 % en 2013 (153 millions €) et de 11 % en 2014 (140 millions €).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s