Opposition au CETA : le front s’élargit!

Aujourd’hui, la Commission du Parlement francophone bruxellois dédiée aux Relations
Internationales a adopté une proposition de résolution relative à l’accord économique et
commercial global entre l’Union européenne et le Canada, mieux connue sous le nom de
CETA.

Cette proposition de résolution, portée par les députés Catherine Moureaux (PS), André du
Bus (cdH), Emmanuel De Bock (DéFI) et Alain Maron (ECOLO), vise à ne pas accorder les
pleins pouvoirs au Gouvernement fédéral pour la signature du CETA.

stopcetaCet acte se veut une ferme opposition à la ratification d’un accord qui pourrait menacer nos
acquis européens en matière de sécurité sociale, de santé, de service public, des droits des
travailleurs, de protection des consommateurs, de l’environnement, et menacer la capacité
réglementaire des Etats. « Nous ne sommes pas anti canadiens, nous ne sommes pas
opposés au commerce, mais nous pensons que ce texte va trop loin dans la logique du
libéralisme. Tout comme des millions de Canadiens!», déclarent les coauteurs de la
résolution.

Par ce front, les députés bruxellois posent un geste important à la hauteur de l’enjeu qui se
cache derrière ce texte. Ce qui est rejeté, ce sont toutes les tentatives d’autorisation en
Europe de pratiques en vigueur dans un pays partenaire, que les Européens s’interdisent
eux-mêmes de pratiquer, et toute tentative de nivellement par le bas de nos normes.
Et enfin pour rappel, plus de trois millions de citoyens européens, dans une pétition inédite
par son ampleur, ont affirmé leur opposition au TTIP et au CETA, véritable « cheval de Troie »
du TTIP.

Catherine Moureaux
André du Bus
Emmanuel De Bock
Alain Maron

[Pour les rétro actes, et le dépôt de notre propre texte Ecolo au départ, voir cet article.
Nous sommes très heureux du vote d’un texte commun, qui reste fort, au Parlement de la Cocof, soutenu par une « majorité élargie »]

Ecolo obtient que le Parlement francophone bruxellois s’oppose au CETA. Au tour du Parlement bruxellois maintenant !

Ce mardi, ECOLO a officiellement déposé une proposition de résolution « anti-CETA » au Parlement francophone bruxellois. Ce texte demande que le Collège de la Cocof s’oppose à la signature du CETA et refuse des pleins pouvoirs inconditionnés au Gouvernement fédéral pour la signature de ce traité. Un texte calqué sur celui voté par une large majorité du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles la semaine passée.

Capture du 2016-05-13 11:51:02Ce vendredi, en vue du Bureau élargi du Parlement, la majorité PS-CDH-Défi dépose un texte qui n’est que très marginalement différent de notre texte. Nous avons accepté de signer ce texte. Il s’agit en effet d’un signal fort du côté du Parlement francophone bruxellois pour dire NON au CETA, traité qui comporte des risques importants sur les acquis sociaux et environnementaux et qui préfigure le TTIP, le traité UE-USA qui est aussi en discussion.

Depuis juillet, ECOLO-GROEN a demandé à de multiples reprises au Président Picqué (PS) qu’enfin le débat se tienne aussi au Parlement régional bruxellois (assemblée FR et NL). Mais le blocage persiste. Le Ministre-Président Vervoort (PS) a esquivé toutes les questions sur la position régionale. Cette future position de la partie francophone du Parlement est un premier pas pour un positionnement régional global.

ECOLO, dans la foulée de la société civile, se mobilise depuis plus de deux ans pour sensibiliser aux risques de ce traité et pour le combattre politiquement, à tous les niveaux de pouvoirs (Europe, Fédéral, Régions).

Le futur vote de cette résolution au Parlement francophone bruxellois est un jalon supplémentaire posé sur la voie du blocage de ce traité. Nous nous en réjouissons.

Alain Maron, chef de groupe ECOLO Cocof-Cocom
Zoé Genot, cheffe de groupe ECOLO